Dans le sillage de BNP Paribas

Le groupe bancaire français BNP Paribas a lancé ses activités en Algérie en 2002. En plus du  développement de l'activité bancaire traditionnelle, sa filiale Cetelem, numéro 1 en Europe, vient de faire son entrée dans le marché du crédit à la consommation par la création d'une filiale de droit algérien. Selon son P-DG, François Villeroy de Galhau, qui a signé l'accord d'installation à l'occasion de la visite du ministre français de l'Economie et des Finances,

Thierry Breton, en novembre 2005, «l'économie algérienne connaît un développement très important». «Le moment, a-t-il déclaré, nous semble opportun, et nous voulons accompagner les besoins d'équipements des foyers algériens». Son directeur général, Loïc Lepichoux, dont l'ambition est de faire de son établissement financier «un acteur majeur», précise dans l'entretien qu'il nous a accordé que sa banque se consacrera, dans un premier temps, aux crédits aux particuliers et qu'elle opérera d'abord à partir d'Alger. «Nous serons en mesure de travailler à distance sans avoir besoin d'installer des guichets. Notre vocation est de travailler de façon à simplifier les procédures de ventes à crédits, à la fois pour les vendeurs et pour les clients», affirme-t-il. L'Algérie est le 22e pays dans le  monde et le 3e  pays maghrébin dans lequel Cetelem s'implante. Au Maroc, la banque opère à travers la Banque marocaine pour le commerce et l'industrie (BMCI). En Tunisie, elle active par le biais de l'Union bancaire pour le commerce et l'industrie (UBCI).

Source : "Partenaires" N° 59 du Janvier 2006" , Mensuel de "la chambre française du commerce et d'industrie en Algérie"