Les statistiques, facteur pertinent pour le progrès du Secteur des assurances en Algérie

Catégorie: Séminaire
Lieu: Locaux CNA
Intervenants:

M. Xavier Montaigne.
M. Mounir Ghernouti.

«L’absence des statistiques, est l’un des facteurs qui empêche le secteur des assurances à aller de l’avant». Dans ce contexte, des remarques ont été soulevées par les professionnels lors de l’atelier sur la gestion des risques d’entreprise, organisé au siège du Conseil National des Assurances le 15.04.2004.

En effet, suite aux deux interventions données successivement par M.Xavier Montaigne sur La logique du traité des risques d’entreprise et M.Mounir Ghernouti (actuaire senior au CNA) sur Les méthodes de calcul de l’indice RI ( Risque Industriel), l’assistance a fait un constat unanime sur une réalité caractérisée par l’absence des données concernant les sinistres traités par les compagnies d’assurance.

Cette opacité empêche les professionnels du secteur de réaliser et de mettre en place un tarif référentiel adapté au risque industriel tenant compte de la réalité du marché algérien. A défaut, il est calculé à base d’indice de référence internationale, chose qui le rend peu compatible.

Pour remédier à cette situation, en conclusion le secrétaire permanent du CNA, a fait appel « à la volonté et l’énergie de tous afin d’asseoir véritablement ce projet ».

Après un premier contact avec les professionnels des assurances en Algérie M.Montaigne a fait part de ses sentiments et de ses observations, dont voici l’essentiel du propos :

« Sur les enseignements de ces deux journées, on peut retenir, du public des assurés, quatre messages à destination des assureurs :

  • La sécurité est primordiale pour les entreprises avec la nécessité de former les hommes de l’entreprise qui vont devoir l’appliquer (notamment des ingénieurs de sécurité) ;
  • L’amélioration de la qualité est essentielle. Source de progrès, elle suppose de motiver en permanence les forces vives de l’entreprise en vue de l’objectif final « du travail bien fait ;
  • Les entreprises ont le souci permanent d’être accompagnées par les assureurs dans leur connaissance du risque et de son identification ;
  • Le sentiment d’une certaine méconnaissance des assureurs sur les activités industrielles ».

En définitive, l’idée lancée par M.MESSAOUDI, SP du CNA, de créer un club ou une association de Risk-managers a recueilli un large assentiment parmi les présents.

Quatre idées essentielles ressortent des débats du public des assureurs consacré au tarif des risques d’entreprises :

  • Les assureurs sont peu nombreux à appliquer une tarification des risques fondée sur la statistique. La concurrence entre assureurs entraîne des tarifications plus commerciales que techniques ;
  • Malgré cette pratique le marché relève des excédents dans les ratios Sinistres/Primes depuis plus de cinq ans ;
  • Par contre, il apparaît que les résultats des réassureurs sont catastrophiques : la réalité est ainsi différente entre le marché international et le marché local, ce qui n’est pas sans poser des problèmes dans la recherche et l’octroi de réassurance ;
  • Les assureurs ont une certaine réticence à faire remonter leurs résultats statistiques, ce qui ne permet pas une connaissance suffisante des causes des sinistres et de leur coût.

En conclusion, l’assemblée des assureurs adhère à la proposition du CNA de développer les réunions techniques afin d’arriver, avec l’accord de tous, à l’objectif de créer un groupement technique de tarification des risques d’entreprise.

Date de début: 15/04/2004 10:00
Date de fin: 15/04/2004 17:00