Discours de l’ouverture

Par Monsieur LATROUS Amara, Président de L'U.A.R.

Mesdames et Messieurs, Chers invités,

Au nom de l’U.A.R et en mon nom personnel, il m'est particulièrement agréable de souhaiter à Monsieur Seba, Directeur des Assurances au sein du Ministère des Finances, à tous nos invités et clients, la bienvenue et exprimer mes remerciements pour avoir pris de votre temps pour honorer de votre présence cette première journée « Portes Ouvertes » à l'écoute « client ».

Je voudrai également remercier tous ceux qui, de près ou de loin, ont œuvré, dans l'ombre, à l'organisation de cette manifestation durant laquelle seront évaluées, à travers l'activité des ateliers et d'animation de ces journées, les capacités et écoute « Client » pour que puissent s'améliorer graduellement et concrètement les rapports avec nos assurés qui légitimement sont en droit d'attendre une prestation globale de qualité.

Je saisis également cette occasion pour exprimer toute ma gratitude aux membres de I’U.A.R pour m'avoir élu à la tête de cette institution et leur dire mon attachement à l'œuvre collective de construction et d'organisation d'un marché riche en potentialités qui devra prendre la place qui lui échoit naturellement dans l'économie nationale.

Aussi, je voudrai rappeler, les responsabilités qui sont les nôtres pour construire ensemble les bases d'une croissance durable de l'assurance et conduire les plans de développement de nos activités en relation avec l'évolution des transformations qui rythment l'ordre économique et social du monde des affaires et des échanges désormais soumis aux difficiles lois de la mondialisation.

A ce titre, I’U.A.R, en tant qu'organisation professionnelle, devra fédérer toutes les forces présentes pour engager la réflexion autour d'objectifs majeurs de développement, rationaliser les capacités d'expertise et de l'offre, réguler les rapports entre tous les assureurs adhérents pour éloigner toute concurrence s'écartant des règles élémentaires de déontologie et enfin et surtout valoriser notre image par une requalification de nos prestations avec notre clientèle et gagner une crédibilité de notre service.

Toutes ces actions et celles qui sous-tendent notre stratégie trouveront au sein de l'U.A.R le cadre idéal de concertation et d'options partagées pour construire une force de propositions face aux impératifs de rationalisation de notre activité sur un marché encore sous-exploité, sécrétant pourtant des richesses potentielles qui promettent un avenir meilleur de nos affaires et de notre activité commerciale.

Les priorités majeures devront être orientées et sélectionnées autour de :

Perspectives de réformes approfondies de l'offre par une expertise innovante en adéquation avec les besoins nouveaux et la diversification de la demande de couverture.
Une gestion de risques prudentielle.
La reformulation de la mission et des activités des intermédiaires et des réseaux de distribution pour les impliquer plus efficacement dans le processus d'optimisation de l'action sur le terrain.
Le redressement de l'Assurance Automobile après expertise technique et redéfinition des principaux critères d'équilibre.
La valorisation des ressources et des moyens de lutte contre la fraude.
L'organisation professionnelle de l'expertise pour agir sur les capacités de maîtrise des coûts et des préjudices et améliorer les délais de paiement de l'indemnité.
La construction de modèles d'alliance et de partenariat susceptibles de nourrir les valeurs d'expansion et la taille des investissements productifs.
La construction d'un centre d'études et de recherches devant favoriser l'organisation future des bureaux de tarification par    catégories de risques et nos capacités de réaction devant l'évolution de l'environnement et promouvoir des modèles nouveaux de gestion de nos actifs.
La préparation de l'organisation des assurances de personnes en conformité de la Loi du 26 février 2006 et la mise en place de dispositifs de distribution via la bancassurance.
La construction des plans de formation pour engager un potentiel technique performant dans le processus de développement.
Et enfin l'organisation des programmes de prévention et d'assistance dans toutes leurs dimensions sociales et humaines.

Il me semble donc que, pour l'heure, l'optimisation des indices de pénétration du marché à travers les programmes prospectifs performants via une nouvelle stratégie de l'offre me paraissent être les éléments déterminants pour promouvoir les voies de croissance du marché national, de surcroît, à un moment où l'offre d'assurance reste fortement privilégiée par un environnement économique et juridique des plus incitatifs.

Aussi, je voudrai, dans la dimension économique de la globalisation, tenter d'esquisser, en quelques lignes, les propositions qui me paraissent de nature à valoriser les indices de croissance de nos activités de production et la contribution de l'industrie de l'assurance au développement économique et social et au progrès technologique et scientifique qui marque l'évolution de la société moderne dont il faut prendre la mesure de sa complexité et les prolongements de celle-ci.

Dans cette optique, l’U.A.R poursuivra la mission qui est la sienne de capitaliser les résultats tirés des expériences de toutes les sociétés adhérentes afin de concevoir toutes les procédures innovantes pour booster l'activité commerciale dans un marché immergé dans l'univers de développement économique extraordinaire que vit intensément notre pays et répondre avec professionnalisme aux défis majeurs gérés par les grands et fréquents changements qui marquent l'évolution des marchés mondiaux à laquelle n'échappe pas le marché Algérien.

Mais c'est aussi répondre à l'attente de l'actionnaire en valorisant les coefficients de profitabilité et la contribution de l'assurance à l'effort collectif de collecte de l'épargne et de la stabilité monétaire.

A ce titre, l'industrie de l'assurance est contrainte de réajuster continuellement ses structures de l'offre pour l'adapter aux nouvelles caractéristiques de risques nouveaux, car, sous l'influence de multiples facteurs, notre secteur n'est pas encore parvenu à maximiser les indices de densité et de pénétration dans notre économie et l'Algérie se trouve dans une position malaisée dans le classement mondial.

C'est pourquoi, il me paraît opportun que par une capacité de l'offre, il est utile de déterminer les capacités potentielles des Entreprises membres de l’U.A.R pour déterminer la source des insuffisances de performance dans la formation du résultat final, d'autant que les principaux indicateurs économiques de 2005 soulignent que la croissance économique de notre pays s'est exprimée sur tous les secteurs d'activité et la demande finale a sensiblement augmenté pour l'investissement en général.

La consommation des ménages, la croissance des importations de biens d'équipement et de consommation ont suivi la même courbe.

Les mesures d’incitation et la levée des dernières barrières juridiques pouvaient substantiellement soutenir le processus de redressement de notre appareil de production et optimiser l'action commerciale bien qu'en Assurance Vie l'affaissement des taux d'intérêt complique cette problématique.

De plus, les plans de relance économique, les profondes réformes des institutions financières l'obligation d'assurance des CAT/NAT traduisent explicitement le caractère impératif de notre environnement économique.

Le nouveau programme complémentaire de dépenses publiques, à côté des plans de relance, économique génère d'importantes opportunités dont les assureurs doivent tirer profit pour relever le niveau de leur croissance.

Dans un tel contexte aussi favorable, il est impératif que soit privilégiée une nouvelle stratégie d'affaires intégrant l'impact des programmes de relance économique et les nouveaux indices d'achat qui peuvent interférer sur les structures actuelles de l'offre disponible sur le marché.

La fonction Marketing pourra, dans cette perspective, jouer les premiers rôles en agissant sur la fiabilité des études de planification, des programmes de communication avec la clientèle et en révisant l'ordre des relations avec l’intermédiation pour impliquer le réseau dans le choix stratégique de performance et de croissance en veillant à la valeur relationnelle avec une clientèle qui doit rester au cœur du dispositif pour mériter sa confiance et asseoir durablement la crédibilité des acteurs sur le marché.

L'interaction entre la Production et le Marketing sont, à ce stade de l'analyse, hautement significatifs pour valoriser nos capacités de croissance dans une économie de marché qui exige de profonds changements des modèles et des schémas de distribution pour projeter notre marché sur les voies d'une croissance qui épousera la courbe caractérisant l'évolution de l'activité mondiale. Le marché national dispose de meilleurs atouts pour concrétiser cet objectif.

Je sais que la profession fait face aussi à des contraintes d'ordre organique ou technique qui nécessitent une prise en charge aussi urgente que celle de la croissance et je saisis cette occasion pour renouveler ma disponibilité pour les inscrire et les étudier parmi les priorités de notre organisation et assurer la défense des intérêts moraux et matériels de notre Union.

La manifestation d'aujourd'hui, initiée conjointement par le CNA et l'U.A.R devra pouvoir éveiller tous les idéaux qui sommeillent en nous pour réaliser les sauts plus qualitatifs auxquels chaque opérateur du marché aspire ardemment en vu de rapprocher davantage l'assureur de son client, car rien ne pourra garantir une croissance durable et soutenu du marché si les intérêts et les aspirations de ce client ne sont pas sérieusement intégrés dans les préoccupations quotidiennes de nos compagnies d'assurance.

Pour œuvrer dans ce sens, j'en appelle à tous les dirigeants des compagnies et aux autres institutions concernées pour poursuivre des actions semblables pour rapprocher davantage les assureurs des assurés.

Je vous remercie de votre attention.